Bonjour à tous,

le montage a tellement avancé en si peu de temps qu’on a décidé de vous envoyer un petit bout pour patienter!

.vv.

A tout ceux qui se posent la question de l’avancée du montage: tout se passe bien, Mathieu et moi en sommes à quasiment la moitié du film monté (image). Les premières vues sont très encourageantes, la caméra, la lumière, le jeux et les décors donnent une ambiance particulière à chaque scène et nous en sommes à la fois fiers et contents.

Akira est prêt à recevoir les premières images bien montée, il a les principaux thèmes en tête, et Julien n’attend plus que le premier montage pour commencer le montage de la bande sonore du film. Je suis très impatient de voir la suite de cette aventure, j’aimerais me projeter dans quelques mois pour voir le travail plus avancé, mais tenez bon, vous aurez des nouvelles aussi souvent que possible!

Merci à vous et bonne nuit.

.vv.

Moins mis en avant dans le film, mais primordiaux, ce fut un réel plaisir de partager de bons moments, et d’autres où il fallait travailler, mais de bons moments quand même puisque c’était avec eux.

J’ai nommé Mario, Toma « Doudou », Brice, Simon, Annija.

Nous avions rencontré Mario le même jour que Maurice pendant la préparation du film, et non seulement nous souhaitions rapidement qu’il joue le policier infiltré (sans aucune mauvaise intention bien sûr), mais surtout il s’est prêté au jeux avec une bonne humeur et un sérieux qui a dépassé le simple personnage secondaire que nous avions écrit.

Je me souviens encore de son regard lorsque le coffre de la voiture s’ouvre, ou même du sérieux avec lequel il surveillait Thomas lors de l’interrogatoire, des situations difficiles à jouer, rester en retrait, jouer juste et discrêtement, et Mario l’a fait avec beaucoup de subtilité.

Et puis il y a la « team Minus » comme on l’appelle ici, du moins une partie de cette équipe infernale. Annija, Simon, Toma et Brice nous ont prêté main forte pendant la seconde semaine de tournage. Leur place était aux côtés de Willy, une partie du gang, des lieutenants un peu brutes et pas franchement malins.

Sur le plateau ils nous ont apporté une fraicheur et une bonne humeur contagieuse, mais aussi beaucoup de propositions que ça soit pour le jeux ou pour nous aider à monter des décors. Et au final, tout comme Mario, ils ont su donner une originalité à chacun des personnages qu’ils incarnent.

Je les avais rencontré l’année dernière sur le clip de Le Minus, un tournage comme j’aimerais en avoir plus souvent! Pour nous aider à incarner une grosses partie des figurants  d’unité d’assaut, de mafieux et des membres du gang je leur ai envoyé un message auquel ils ont répondu présent en nombre.

Beaucoup d’autres ont répondu à notre appel, avec beaucoup de gentillesse et avec à chaque fois cette bonne humeur et cette énergie qui a fait que nous avons réussi ce pari fou qu’était le tournage de CAID. Je n’ai pas pu passer autant de temps que je l’aurais souhaité avec ces personnes, mais au nom de Jonathan et moi-même je les remercie profondément.

D’autres photos de toute la Team au complet arriveront vite, les photographes ne manquaient pas lors de la grande soirée, et les quelques clichés que j’ai pu voir jusqu’à présent sont vraiment encourageant!

Merci.

.vv.

 

 

Je voudrais commencer par une personne qui a marqué le tournage par sa présence, sa patience, jusqu’à parfois très tard dans la nuit, et qui a su donner une teinte à un personnage dur à cerner lors de l’écriture.

Lors de notre première rencontre avec Maurice, Jonathan et moi avions trouvé le physique du personnage que nous cherchions. Dès les premières répétitions, Maurice a apporté un certain bagage au commissaire, notamment ce regard d’expérience, dur et proche à la fois d’Alec (le personnage joué par Thomas).

Ponctuel, de bonne humeur, Maurice n’a jamais été avare de questions ni de propositions pour les scènes à jouer, que ça soit pour son personnage ou pour les situations à jouer, et même si cela a pu parfois nous sembler un peu trop, ça nous a toujours permis de creuser plus encore les intentions de son personnages et sa mise en scène.

Je parlais de patience, Maurice n’a pas non plus hésité à donner de sa personne, je pense notamment à cette longue nuit pendant laquelle il devait faire du chantage à Alec en tenant soeur.

De par son âge et son expérience, Maurice a été pour nous la figure paternelle du tournage, tout comme son personnage pour Alec. Il est aussi la touche d’un jeu plus mûr face à l’énergie débordante et aux côtés « chien fou » des autres comédiens principaux dans certaines situations.

Maurice a rempli son rôle à merveille et nous lui en sommes vraiment reconnaissant car le tournage n’était pas toujours facile à vivre, et il a su nous accompagner et y incarner le personnage que nous avions en tête.

Bonsoir.

J’ouvre une session sur les personnages du film, les comédiens principaux, les secondaires, les figurants, tous ceux qui nous ont donné d’eux en passant devant la caméra, pour le meilleur et pour le rire.

Ce soir nous quittons les sommets brumeux de Pech David pour nous rendre sur les hauts plateaux de Lavaurette, petite bourgade située après Caussade.

Le décor qui nous intéresse est celui d’une petite soirée de gang autour d’une piscine.

A l’origine, cette scène devait avoir lieux dans un salon – alors que les membres du gang faisaient la fête, Thomas et Willy travailler à la préparation de leur prochain deal. C’est au cours du tournage qu’est venue l’idée de déplacer cette fête au bord de la piscine pour lui donner un côté plus « bling bling » en référence aux divers clips de rap modernes.

Angèle a donc réalisé un des meilleurs décors improvisés du tournage en déplaçant le salon sur la terrasse face à la piscine, avec quelques touches de goûts mélangés qui collent bien à l’ambiance de la soirée.

C’était aussi pour nous une soirée plus détendue car nous avions un peu d’avance sur l’horaire, et cette scène ne comportait que très peu de plans. L’occasion de nous amuser un peu, de nous mettre dans l’ambiance de la séquence.

Et je tiens aussi à rappeler la prouesse technique du tournage de cette scène puisqu’en l’absence d’un vrai chariot travelling, nous avons dû improviser un moyen fluide pour filmer. Le skate et les rollers sur le sol en béton usé n’étaient pas utilisables, la crosse épaule ne suffisait pas à amortir les chocs de mes pas, il nous restait donc… la voiture. A vous de juger le travelling digne de Mac Gyver.

C’était sans compter sur la marche présente au bout de la terrasse.

Merci.

Bonne soirée.

.vv.


Ceux qui me connaissent, qui connaissent mon univers, savent quelle importance j’accorde à cette lumière naturelle si particulière d’un lever de soleil. Déjà notre précédent film « Inverses » (à voir absolument ou à revoir selon! ndlr) se passait en pleine nuit pour aboutir à ce lever du jour sur le pont neuf de Paris.

Pour Caid le schéma s’est répété sur deux scènes différentes, je souhaitais cette ambiance d’aurore dans des moments d’intimité.

Nous avons tourné cette scène après quelques jours de tournage déjà, je me rappelle avoir eu une discutions animée avec John, l’équipe était fatiguée, beaucoup avaient besoin de se reposer, mais je tenais à mon lever de soleil quitte à le tourner seul, mon caprice de photographe… Je pense que cette décision n’a pas du plaire à tout le monde, car même si nous nous sommes retrouvés en équipe réduite après négociation, tourner toute une nuit après quelques jours éprouvants est difficile.

J’espère qu’une fois sur les hauteurs de Pech David, alors que le ciel s’éclaircissait, les doutes se sont dissipés.

C’est sans doute la scène que j’ai le plus aimé tourner. Nos repérages étaient précis, nous étions venus quelques semaines plus tôt pendant le coucher de soleil, je savais donc quoi filmer. Thomas et Laura m’ont encore une fois donné de belles émotions, de bonne propositions, et après une semaine de direction d’acteur je commençais à me sentir à l’aise dans nos rapports, nos échanges. Je n’avais plus peur de leur demander certaines choses.

Si je regrettais ne pas avoir de travelling comme nous l’aurions souhaité (pas de budget oblige) cela m’a permis de filmer cette séquence d’une toute autre façon à laquelle je n’aurais pas pensé au premier abord. Et pour ça aussi j’y ai pris énormément de plaisir.

Il me tarde de voir cette scène montée, ce qu’il s’en dégage, sa place dans le film.

Et un grand bravo à Jérémy qui a réussi à me prendre en photo alors que je suis dans un moment de bonne humeur, moment rare durant ces deux semaines rudes et riches à la fois!

Bonne soirée.

.vv.

Bonsoir à tous,

voici comme promis un premier extrait vidéo du tournage d’un des plans de la scène de fusillade!

Bonsoir.

.vv.

Photo du lundi 23 août, 7ème jour de tournage.

La carrière de gravier était le décor le plus difficile du tournage sans doute, et le plus intéressant aussi. A l’origine le décor devait être un entrepôt désaffecté situé à la sortie de Montauban, nous avions préparé des plans au sol, une lumière, une ambiance totalement différente. Seulement après plusieurs semaines de négociation nous avons dû trouver un autre endroit pour y tourner les scènes les plus ardus du film. C’est avec beaucoup de gentillesse que le propriétaire de cette carrière nous a autorisé à tourner bien plus de scènes que prévus au départ.

Nous avons donc passé les nuits blanches du weekend au milieu de la poussière, des gravats, des machines d’une autre échelle. La fatigue de la première semaine de tournage se faisait sentir, les conditions lunaire de cette endroit n’arrangeaient rien aux tensions et à l’épuisement.

Pourtant, nous avons obtenu de l’aide précieuse tout autour de nous, nos amis toulousains et montalbanais, la famille, les contacts qui ont répondu aux annonces passées par Clémentine. Et c’est grâce à toute cette aide que les rushes sont à la hauteur de nos espérances. La pression et la fatigue ne nous ont pas permis de réaliser sur le coup, mais c’est en discutant avec un des membres de l’équipe quelque jours après qu’il m’a rapporté qu’à un moment – alors que la chorégraphie se mettait en place, la nuit était tombée depuis longtemps, tout le monde était habillé, armé, véhiculé – il s’est arrêté, a regardé la scène se dérouler devant ses yeux, et s’est étonné du travail que nous avions réussi à monter tous.

Après deux jours de tournage, deux nuits plutôt, Laura est remontée sur Paris, Willy est arrivé parmi nous, apportant une nouvelle énergie, de nouvelles situations, un tout autre jeu et donc une mise en scène radicalement différente. Thomas et lui se sont donnés rendez-vous au dessus du lieux où le deal doit se passer.

Pendant la dernière prise, la dernière car le temps nous manquait, il venait de pleuvoir, les nuages se sont dissipés découvrant le coucher de soleil que nous souhaitions voir. J’espère avoir capté cette lumière qui s’est déversée d’un coup sur la scène.

Le montage commencera cette semaine sous la direction de Mathieu, le temps presse un peu car nous devons refaire certains sons et il est impératif d’avoir une première version brute du film à partir de laquelle nous pourrons nous faire une idée du montage son.

Merci à Manu pour ces photos, d’autres nouvelles viendront vite, et pourquoi pas quelques vidéos du tournage.

Bonne soirée.

.vv.